Portail



FAQRechercherMembresGroupesKeeper-Minecraft Index du ForumS’enregistrerConnexion

RP du serveur

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Keeper-Minecraft Index du Forum -> Partie officielle -> Guide du nouveau joueur
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Breci
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2011
Messages: 852
Localisation: Grenoble

MessagePosté le: Jeu 20 Déc - 17:21 (2012)    Sujet du message: RP du serveur Répondre en citant

Extrait du deuxième tome de Martin, dit "Pied d'argent".

Le soleil tape dur sur Keeper.
"Le temps est parfait pour les récoltes", pensais-je.
Je regarde le blé doré onduler sous la brise et me dit qu'il fait vraiment bon vivre à Keeper.
Ces derniers temps tous les citoyens de keeper semblent décontractés, apaisés, calmes.
« Tout le monde à part, évidemment, le maire. il passe son temps à courir dans tous les sens, à grommeler des choses incompréhensibles. En plus, ces derniers temps, il a de plus en plus bizarre. Il a l'air…» dis-je à voix basse.
Je me tourne pour saluer Gardakan de retour de l'expédition de défense des murailles Nord.
« Lugubre. C'est ça le mot. Il a l'air lugubre.»
Je poursuis mon inspection de mes plantations et me rends soudain compte que des nuages lourds approchent au loin.
J'accélère alors le pas, coupant une branche par ci, émondant un plan par là. Mais ces nuages semblent être décidément bien rapides, et je me décide à ramasser les outils et à rentrer chez moi.
« On dirait bien que le beau temps s'achève. » me dis-je tout en rangeant mes outils dans la cabane attenante à mon champ.
D'un pas ferme je me dirige vers les enceintes de la ville et bientôt je suis au niveau du poste de garde où Mordak, le vieux soldat, est en train de faire sa cinquième sieste de la journée.
« Salut Mordak ! » dis-je bien fort pour le réveiller, faisant rire les quelques villageois ayant quitté les champs en même temps que moi.

Alors que nous entrons dans la ville, encore en train de rigoler de la fainéantise de Mordak, je m’aperçois que tous les villageois affluent massivement : personne ou presque n'est resté dans les champs. Je lève les yeux au ciel et vois que les nuages ont maintenant totalement recouvert la ville. Les voisins ont fait de même, et l'empressement que je pouvais lire il y a quelques instants sur leurs visages fait place à l'anxiété.
Quand nous dépassons le quartier marchand pour entrer dans le quartier résidentiel, l'anxiété fait place à la peur, et je me rends compte que nous sommes tous presque en train de courir, sans vraiment savoir dans quelle direction nous dirigeons.
« Qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi est-ce que nous nous comportons comme des moutons qui se dirigent vers la falaise ? » me demandais-je.
Instinctivement, nous sommes tous effrayés, sans vraiment savoir pourquoi.
C'est alors qu'une explosion vient me déchirer les tympans. Je vacille, et me recroqueville au sol, hurlant de douleur, comme mes voisins. Lorsque je me relève, je m'aperçois que le ciel est à présent totalement assombri, et qu'il fait aussi noir qu'en pleine nuit.
Je tourne la tête dans toutes les directions, cherchant une explication à tout cela. C'est alors que je le vois : le maire, sur le perron de la mairie, à une cinquantaine de mètres, hurlant et agitant ses bras comme un dément.
Mais je me rends compte que ses hurlements ne sont pas des hurlements de douleur ou de peur, mais des hurlements de joie.
«Bordel, mais qu'est-ce qui se passe ....". alors que je m'apprête à prononcer son nom, le maire lève les deux bras au ciel puis les rabat rapidement vers la terre.

La terre (oui, la terre!) pousse un cri de douleur ; le cri furieux d'un géant qu'on transperce d'une lance, et qui se rend compte avec terreur qu'il ne lui reste plus que quelque minutes à vivre.
« Nom d'une catin borgne !». Ressentant quelques picotements dans les jambes, mon regard se tourne naturellement vers le sol, et je vois que je suis en train de léviter à quelques centimètres de la terre ferme. Autour de moi, les autres villageois sont aussi en apesanteur. Quelques cailloux flottent paresseusement entre nous, un pot de fleurs tournoie lentement au-dessus de la tête de mon voisin, et un chien qui ne s'est rendu compte de rien continue à courir désespérément après un chat.
J'esquisse un sourire face à l'absurdité de la situation et mon regard se repose sur le maire.
C'est à partir de ce moment-là que les choses se passèrent très vite.

Le maire fait des mouvements de mains et de bras vers la terre et prononce des paroles dans une autre langue. Un éclair aveuglant illumine la ville et un bruit, une bruit que je ne peux décrire que comme le bruit que fait la peau d'un homme lorsqu'elle se déchire, nous perce les oreilles. Quand nous ré-ouvrons nos yeux, un portail énorme se dresse à la place de la mairie, désormais réduite en un vulgaire tas de pierres. Il est composé d'une arche qui semble être faite d'une pierre sombre qu'on ne trouve que dans les tréfonds de la terre, et crache une espèce d'eau argentée, au travers de laquelle on distingue l'horizon d'un Nouveau Monde. En hurlant de rire, le maire franchit le portail, sans un regard pour nous.
La terre tremble une première fois, comme pour nous prévenir que ce monde est en train de mourir.
Autour de moi, certains courent s'enfermer dans leur maison. D'autres, effondrés et hystériques, pleurent. Quelques-uns d'entre nous choisissent de franchir le portail, peut-être pour poursuivre le maire, ou plus certainement par instinct de survie.
La terre tremble une seconde fois, et je sens que derrière moi c'est un véritable cataclysme qui ravage la ville, et peut-être le monde.
« Ici, c'est la mort qui m'attend. » me dis-je. Je me rue vers le portail, sentant sous mes pas les derniers soubresauts de la terre de Keeper.
Alors que je passe dans l'arche, je jette un ultime regard au monde que je quitte : à l'endroit où se dressaient fièrement les murailles de Keeper, un énorme gouffre s'est creusé et s'étend à perte de vue. D'énormes rochers semblent être en suspension dans l'air, alors que certains d'entre eux se sont déjà écrasés par terre, anéantissant dans leur chute des dizaines de maisons.

A mesure que je change de monde, cette vision d'horreur s'efface, pour laisser place à celle d'une île verdoyante.


Extrait du deuxième tome de Martin, dit "Pied d'argent".



Lien d'origine : http://keeper-minecraft.xooit.fr/t2050-Un-ancien-monde-meurt-un-portail-app…

Note du rédacteur à destination des candidats désirant rédiger leur RP :
Comme vous pouvez le voir en lisant ces quelques lignes (lol inside), le RP du serveur est basé sur la fin d'un monde.
Pour vos candidature, vous avez deux options : votre personnage était sur l'ancien Keeper et choisit de franchir le portail, ou bien votre personnage est un habitant du nouveau monde. Non, il n'y a pas de troisième option.

_________________
Ancien stratège de Penumbra
Mercenaire du poing enflammé.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 20 Déc - 17:21 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Keeper-Minecraft Index du Forum -> Partie officielle -> Guide du nouveau joueur Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème par esiao, Keeper-Minecraft touts droits réservés 2010-2011